timberland fulk black reebok rep reebok reebok ak reebok sac

SKUlqj037

timberland fulk

Timberland Shoes Fulk Chukka Moc Toe Leather
timberland fulk timberland fulk timberland fulk timberland fulk timberland fulk timberland fulk timberland fulk
  • Newsletters
  • Appli La NR
  • Publié par 98,5fm Sports

    PARTAGER

    00:00
    02:31
    (98,5 Sports) - Outre Jaromir Jagr, les jeunes joueurs des Panthers de la Floride peuvent compter sur le vétéran Roberto Luongo pour les aider à faire leurs premiers pas dans la LNH.

    Luongo, âgé de 36 ans, en est à sa 16e saison dans la ligue, lui qui a été sélectionné en première ronde (4e choix au total) par les Islanders de New York au repêchage 1997 de la LNH.

    Le Montréalais n’a joué qu’une saison avec les Islanders avant d’être échangé aux Panthers, avec lesquels il a évolué pendant cinq saisons, avant de passer aux Canucks de Vancouver.

    Le gardien de 6 pieds 3 pouces 217 livres a passé près de huit saisons avec la formation de la Colombie-Britannique avant de revenir avec les Panthers à la fin de la saison 2013-2014.

    S’il croyait que le chemin de croix serait long à son retour en Floride, car les Panthers étaient une jeune équipe, il a été agréablement surpris du progrès de ses jeunes coéquipiers.

    «On joue de la bonne manière, les joueurs ont tous adhéré au système et ils ont compris qu’il faut travailler dans les deux sens de la patinoire pour avoir du succès, a déclaré Luongo On ne va pas marquer trois ou quatre buts chaque match, mais si on applique le système, on va se donner une chance de gagner.»

    Selon Luongo, l’ajout de vétérans comme Dave Bolland, Jussi Jokinen, Derek MacKenzie, Shawn Thornton et Willie Mitchell, sans être les plus talentueux, a apporté une dose d’expérience.

    «Les jeunes ont appris beaucoup avec l’arrivée de ces vétérans la saison dernière. Ils ont fait de grands pas en avant. Ils ont appris à être des joueurs professionnels. Les vétérans ont changé la mentalité dans le vestiaire, ce qui a permis aux jeunes d’accélérer leur adaptation à la ligue», a analysé Luongo qui présente une fiche de 15-11, un taux d’efficacité de 92,4 pour cent, une moyenne de buts alloués de 2,20 et deux jeux blancs cette saison.

    Luongo ajoute aussi l’apport de Gerard Gallant aux succès des Panthers.

    «Il est bien aimé de ses joueurs, il sait quand être relaxe et quand être un peu plus intense. Il dirige très bien les joueurs, a expliqué Luongo. Il a implanté un bon système et les gars travaillent fort pour lui, c’est toujours très important.»

    D’un point de vue personnel, le grand gardien continue de s’amuser.

    «Ma mentalité a changé depuis plusieurs années, a-t-il admis. On a toujours la pression de gagner, mais il faut s’amuser et pour le moment, on gagne. Il faut donc continuer.»

    Tout comme Jagr, Luongo représente des statistiques impressionnantes.

    Il occupe le sixième rang des gardiens au chapitre des victoires (416), sept de moins que Tony Esposito; il est le septième gardien à voir disputé le plus grand nombre de matchs (893), 13 de moins que Glen Hall; il totalise 70 jeux blancs, bon pour le 13e rang, mais à six de rejoindre Esposito et Ed Belfour en neuvième place et il a joué 51,379 :33 minutes, ce qui lui confère la huitième place.

    timberland euro hiker

    Jonathan Huberdeau est loin de ces statistiques, mais il continue de faire son petit bonhomme de chemin au sein de cette formation remplie de futures jeunes vedettes.

    «J’ai connu un début de saison difficile, mais tout se replace depuis quelques matchs, a déclaré celui qui totalise quatre buts et 19 aides en 36 matchs. Notre trio a retrouvé la chimie que l’on avait la saison dernière. Je ne suis pas toujours chanceux, mais j’ai plusieurs occasions de marquer. De toute façon, je ne m’occupe pas de ma fiche personnelle, le but c’est de gagner.»

    Le patineur de Saint-Jérôme a indiqué qu’il joue mieux défensivement et qu’il évolue même parfois en désavantage numérique.

    «Mon jeu est plus régulier cette saison», a-t-il lancé.

    Le premier choix de l’équipe en 2011 a avancé que les Panthers connaissent plus de succès depuis qu’ils jouent plus en équipe.

    «On jouait trop individuellement. Depuis quelque temps, on joue mieux défensivement et on a gagné plusieurs matchs serrés de 2-1, de 3-2, a-t-il dit. On ne marque pas beaucoup de buts, mais on n’en accorde pas beaucoup.»

    Huberdeau compose un trio avec Jagr et le talentueux Finlandais Aleksander Barkov.

    «Barkov est un excellent passeur, je suis chanceux de jouer avec lui et Jagr.  Barky  est le meilleur joueur de l’équipe dans les deux sens de la patinoire. On a vu la qualité de ses mains et son talent dans les tirs de barrage. Il a beaucoup d’habiletés», a-t-il vanté.

    Le Québécois est aussi impressionné par un autre jeune, le défenseur Aaron Ekblad, vainqueur du trophée Calder la saison dernière.

    Ekblad ne connaît pas la guigne de la deuxième année, lui qui compte déjà neuf buts à sa fiche.

    «Il est tellement intelligent avec la rondelle, il n’utilise pas toujours son puissant tir, mais il place très bien la rondelle pour ses coéquipiers. Il fait toujours les bons jeux, il va avoir une belle carrière. Et dire qu’il pourrait participer au Championnat mondial junior», a dit Huberdeau en guise d’admiration.

  • Météo
  • Panel lecteurs
  • Amérique
  • Asie
  • Océanie
  • ENTRETIEN AVEC NICOLAS VILAS, JOURNALISTE À MA CHAINE SPORT
    Depuis septembre 2013, le National a connu une véritable nouveauté : des rencontres diffusées en direct à la télévision sur Ma Chaine Sport. À deux jours du choc de la vingt-sixième journée entre le Red Star et Orléans (retransmis en direct sur MCS), Nicolas Vilas, journaliste et commentateur sur MCS, revient sur cette première saison. Et livre son avis de véritable mordu du ballon rond.

    Nicolas, comment vois-tu le choc Red Star – Orléans, qui peut être un tournant pour les deux formations ?
    Selon moi, Orléans et Luzenac sont très bien partis pour monter en Ligue 2. Le Gazélec Ajaccio est bien placé aussi. Au-delà de l’aspect mathématique, je trouve que c’est un très bon test pour le Red Star de pouvoir se jauger face à une équipe du haut du tableau. Il y a quelque temps à la rédaction, on se disait que le championnat pouvait être plié. Finalement, on a vu que le Red Star a su faire une belle série pour revenir, Bourg-Péronnas a un peu craqué par exemple. Tout est vraiment possible !

    Depuis la première rencontre que vous avez diffusé (Orléans – Bourg-Péronnas le 13 septembre dernier, NDLR), qu’est-ce qui t’a le plus marqué dans le championnat ?
    Je n’étais pas parti avec des a priori. Le championnat sur lequel j’ai le plus exercé jusqu’à présent est la Liga portugaise, qui est souvent prise de haut en France. J’ai donc abordé de manière très neutre le National. Et j’ai été très agréablement surpris par les clubs qui sont très bien structurés ! J’ai débuté ma carrière en suivant des matches de CFA et je trouve qu’en National les clubs sont très « pro ». Les installations sont toutes respectables, même si elles ne sont pas toutes aux normes pour la Ligue 2. Mais dans l’ensemble, tout est bien fait. Le football en lui-même, c’est comme dans tous les championnats il y a forcément des différences. Ce que je trouve intéressant c’est que l’aspect financier, le budget, ne rentre pas en compte, ne prévaut pas au reste. Cela me rappelle un peu le Portugal ou derrière les gros clubs, on pense au système D, on recrute des joueurs au parcours atypique, certains ont fait des centres de formation… Il y a un vrai mélange. N’importe quel joueur peut y arriver, il n’y a pas de parcours type, c’est très plaisant. Il y a un vivier intéressant. On voit aujourd’hui en équipe de France que des joueurs sont passés par le National, comme Gignac, Valbuena ou Ribéry que Jean Fernandez avait su dénicher. Donc tu peux passer par là, c’est un exploit, mais tu peux.

    Et d’un point de vue sportif ?
    La différence avec l’amateur, c’est qu’il y a des équipes qui dégagent un vrai style de jeu. Je pense qu’Orléans est l’équipe la plus solide du championnat. Il leur manque peut être un vrai créateur au milieu. Mais c’est une formation très sérieuse et appliquée, à l’image de son entraîneur Olivier Frapolli qui travaille très bien. Bourg-Péronnas joue très bien ballon avec un entraîneur, Hervé Della Magiore, qui est très joueur. Le Red Star est également agréable à voir jouer je trouve justement. Il y a vraiment des joueurs intéressants dans ce championnat comme Ande Dona Ndoh de Luzenac, ne serait-ce que par ses statistiques (vingt buts en vingt-cinq matches) ! Luzenac possède d’ailleurs un trio offensif avec Ech-Chergui, Boutaib et Dona Ndoh, très fort. J’ai bien aimé également Grégory Tomas à Orléans, Toko Ekembi du Paris FC ou Quentin Lacour à Bourg-Péronnas, mais aussi Kévin Lefaix, un buteur à l'ancienne et surtout un vrai passionné de ballond. Je pense aussi à Puyo d’Orléans qui sur coup de pieds arrêtés met la balle où il veut ! Il y a des joueurs d’expérience comme Dieuze à Luzenac. Au Gazélec je pense à Filippi qui incarne l’identité du club justement. Je pense à pleins de joueurs qui ont dans ce championnat des parcours de fou ! J’en oublie car je pourrais encore en citer ! 

    Parfait séjour en famille
  • nouvelle collection adidas homme
  • Volley
  • Hôtel rénové à un tarif très correct. Nous avons passé 3 nuits en famille, l'accueil est très professionnel et agréable de même que les équipes de restauration. Le menu du jour est très bien ainsi que le buffet du petit déjeuner. La propreté de l'hôtel est irréprochable ainsi que les extérieurs et la piscine.
     Osiris34
    8 août 2016
    Hotel rénové très agreable
    Nous sommes venus en famille A l'occasion d'un mariage et avons été très agréablement surpris par cet Hotel avec piscine qui est très agréable. Les chambres sont fonctionnelle, les partie communies agréables et le petit dej tres satisfaisant. Le personnel est gentil et A l'écoute bref bon séjour je recommande!
     alberic75
    12 juillet 2016
    très bonne nuit
    Joli hotel rénové très récemment d'ou son aspect neuf. Un grand plaisir tant a l'accueil, qu'au restaurant. La carte est très variée et les plats sont de qualité. Quant au petit déjeuner il est pantagruélique. Les chambres sont impeccables. Je vous le recommande.
     Pascaline66
    17 juin 2016
    Parfait! Un bon choix!
    Hôtel sympathique et très propre. L'accueil fût personnalisé et très sympathique. Chambre et salle de bain très propre. Plancher de bois. Literie confortable. Hôtel à proximité du centre-ville. Stationnement gratuit. Hôtel de passage à recommander sans hésitation.
     Patrick L
    20 mai 2016
    PARFAIT
    Nous n'avons Rien à redire l' accueil fut parfait , chambre EXCELLENT( propre , d'une superficie assez élevé et calme ) ..Le personnel sympathique et discret. Hotel situé non loin du centre ville de Roanne.
     luchrist
    25 avril 2016
    Le confort Ibis
    En déplacement pour le travail, j'ai opté pour cet hôtel pour un coté pratique travail. L'hôtel n'est pas dans le centre ville de Roanne et situé en zone industriel de la ville du coteau. Accessibilité aisé et grand calme la nuit. L'hôtel dispose de son propre restaurant. La formule soirée étape est à 95 € (nuit dîner et buffet petit déjeuner).
     ManoCC
    27 avril 2016
  • Autres sports
  • Diaporamas
  • Dossiers de sport